Général

Le jour où j’ai brûlé mon cœur’: Le témoignage émouvant de Jonathan 7 ans après une tentative de suicide

By  | 

Jonathan Destin, victime de violences, se confie après une tentative de suicide. Il témoigne dans un livre son quotidien mais aussi comment il surmonte cet état.

Il y a deux ans et demi, Jonathan Destin, âgé de 18 ans, s’est immolé par le feu. Un drame dont les raisons sont d’autant plus choquantes pour toute la France. En effet, Jonathan est victime de violences depuis son plus jeune âge, depuis le collège jusqu’au lycée. Pour mettre fin à sa vie, il s’est aspergé d’alcool à brûler avant de mettre le feu. Heureusement, par réflexe de survie, il saute dans le canal de la Deûle.

Grâce à une voisine, il a pu être sorti de l’eau à temps. Même s’il échappe à la mort, l’adolescent est brûlé du visage aux genoux.

Cela a commencé par des moqueries au CM2 liées à son nom, son poids et ses problèmes de dyslexie. Le jeune homme témoigne:

«Ils ont commencé à me frapper, des petits coups. C’était vraiment dur à supporter.»

Ensuite sont venus les rackets, les insultes et les vrais coups. Alors que Jonathan est en quatrième, il doit donner 5 euros, l’argent pour la cantine, à ses agresseurs. Pour survivre, il va jusqu’à piquer de l’argent à sa mère.

 

Dans son témoignage, le jeune homme raconte comment son professeur principal a minimisé ce qu’il a subi. Alors que Jonathan est roué de coups de pieds, ce professeur disait «Ils s’amusent avec vous».

«Mais ils me frappaient vraiment. Ils n’avaient pas l’air de rigoler»,

raconta l’adolescent. Cette scène se déroulait dans l’enceinte même de son collège.

C’est ce 07 février 2011 que la vie de Jonathan va basculer. Son agresseur le menace avec une arme en lançant  «Demain, tu ramènes 100€ ou on te fait la peau».

 

C’est à ce moment-là que Jonathan a décidé de se suicider.

«Je préfère mourir pour ne plus souffrir. La violence est tellement forte envers moi que la mort ne pouvait pas être pire. C’était un signal d’alarme.»

se confia le jeune homme.

UN TEMOIGNAGE ADRESSE AUX VICTIMES DE HARCELEMENT

Jonathan Destin décide aujourd’hui de sortir de son silence et veut sortir un livre racontant son histoire. Il estime que son geste sera une aide aux autres victimes de harcèlement.

Il explique que le principal blocage de ces victimes est la honte. Il témoigne même:

«J’avais trop honte! J’avais peur de le dire à mes parents, à mes sœurs. J’arrivais pas à parler.».

Source : Facebook/robinarmstrongcomedy

En s’adressant à ces cibles, il insiste

«Il faut en parler absolument, parler à quelqu’un en qui on a confiance, un ami une sœur. Le silence c’est pire que tout.»

Ce n’est pas la première fois des jeunes délinquants terrorisent la population. Comme ce qu’ont fait Robin Armstrong et ses amis à un vieil homme, le 8 septembre dernier à Preston, dans le Lancashire.

Source : amomama

Loading...
Loading...

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *